Catégories
Tuto đź’ľ

How To : LOG OFF

Grand mĂ©nage 2020 et Tentative de Suppression des Aspects de ma Vie dont j’ai Honte : RĂ©seaux Sociaux Édition. Beaucoup trop de journĂ©es passĂ©es Ă  scroller en Ă©tat de quasi-hypnose et Ă  rentrer dans des tunnels internet sur des sujets dont je me fous Ă©perdument. Je suis faible et complètement susceptible au design des sites destinĂ© Ă  capter l’attention et provoquer l’addiction, une seule solution donc : le sevrage total.

Étape 1 : Le dégoût

Normalement si vous passez beaucoup de temps sur internet cette Ă©tape est dĂ©jĂ  atteinte depuis un moment. Sinon il suffit de s’informer sur les GAFAM, l’Ă©conomie de l’attention…

Quelques ressources : https://www.jacobinmag.com/2018/11/log-off-facebook-twitter-social-media-addiction

Cliquez pour accéder au .epub

http://www.openculture.com/2017/08/the-case-for-deleting-your-social-media-accounts.html

https://www.theguardian.com/technology/2017/oct/05/smartphone-addiction-silicon-valley-dystopia

http://www.internetactu.net/2017/10/18/pour-un-retro-design-de-lattention/

https://www.reseau-canope.fr/la-course-a-lattention.html

http://www.seuil.com/ouvrage/pour-une-ecologie-de-l-attention-yves-citton/9782021181425

https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/lire-ecouter-voir-qui-a-encore-du-temps-de-cerveau-disponible

Étape 2 : état des lieux

Pourquoi on se sent « obligés » de rester ?

  1. Pour des raisons professionnelles ? CrĂ©ez un profil « pro » (ou associatif ou autre), Ă©ventuellement gĂ©rĂ© collectivement et entièrement dĂ©corrĂ©lĂ© de votre identitĂ©. Allez dans les paramètres et atomisez les notifications. Supprimez les applis de votre tĂ©lĂ©phone. (ou utilisez des applis baby-sitters pour limiter le temps de connexion, je ne suis pas spĂ©cialiste n’ayant pas de smartphone) voir aussi : Unfortunately, we can’t log off
  2. Pour ĂŞtre au courant des sorties ? Cherchez les alternatives. Sur Lyon il y a villemorte.fr , le petit bulletin, les affiches dans la rue (7e, 1er), les newsletters des lieux… Acceptez de rater des trucs et dĂ©couvrez la JOMO (Joy Of Missing Out). Exigez des organisateurs d’Ă©vĂ©nement qu’ils investissent les alternatives !
  3. Pour discuter avec les potes ? Perso la possibilitĂ© du chat me dĂ©motive un peu des rencontres AFK (away from keyboard), et je trouve ça triste. Il est vrai que la plupart du temps les gens ne rĂ©pondent pas aux mails mais sont moins stressĂ©s par messenger. Tant pis ! la plupart des gens avec qui vous interagissez souvent doivent avoir votre email ou votre numĂ©ro s’ils vous cherchent. Pour les groupes de travail crĂ©ez un canal sur framateam.org (basĂ© sur mattermost, une alternative Ă  Slack) et obligez tout le monde Ă  vous y retrouver, c’est gĂ©nial. https://framateam.org/

Étape 3 : un minimum de préparation

Pour les anxieuses et les stressĂ©s, sachez qu’il est possible et souhaitable de tĂ©lĂ©charger ses donnĂ©es sur Google, Twitter et Facebook. prenez vous-y 24h Ă  l’avance (allez farfouiller du cĂ´tĂ© des paramètres > donnĂ©es personnelles / data / sĂ©curitĂ©) on vous prĂ©pare un fichier au format HTML (plus facile Ă  explorer) ou JSON (utile pour les Ă©tudes statistiques) Ă  tĂ©lĂ©charger. J’y ai pas encore mis le nez dedans et je ne le ferai peut ĂŞtre jamais, mais ça donne l’impression de pas partir sans rien.

Pour la transition, c’est sĂ»rement plus rassurant de simplement dĂ©sactiver dans un premier temps. L’avantage c’est que ça permet de prĂ©parer en douceur un dĂ©part Ă  long terme, l’inconvĂ©nient c’est que c’est très facile de revenir. La dĂ©sactivation est possible sur facebook mais pas sur twitter, cependant ce dernier garde vos donnĂ©es pendant 1 mois après votre dĂ©part, donc en cas de reconnexion vous devriez tout retrouver.

Pourquoi dĂ©sactiver / supprimer son compte et pas juste se dĂ©connecter ? Au delĂ  des questions Ă©thiques des usages de ces grandes plateformes, si vous arrivez Ă  vous discipliner, bravo Ă  vous. J’en suis assez peu capable et je trouve super anxiogène et compliquĂ© de gĂ©rer des messages qui viennent de plusieurs sources diffĂ©rentes, surtout quand on ne peut pas les traiter aussi clairement que dans une boite mail (sur messenger par exemple). Une ou plusieurs boites mails, un tĂ©lĂ©phone, c’est amplement suffisant.

Ă€ bas le capitalisme, vive les infolettres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *